Vous êtes ici : Accueil > Projets culturels et sportifs > Archives des projets culturels > Archives > Année 2021-2022 > Rencontre avec MARC DOZIER, photographe et MUNDIYA KEPANGA , chef de la (...)
Publié : 31 mai

Rencontre avec MARC DOZIER, photographe et MUNDIYA KEPANGA , chef de la tribu Hulis en Papouasie Nouvelle Guinée

Lundi 9 mai 2022, les élèves de première SPÉ SVT et HLP ont eu le privilège d’assister à la projection du film "Frères des arbres" en présence du CHEF PAPOU MUNDIYA KEPANGA et de MARC DOZIER, PHOTOGRAPHE.

Un face à face touchant et authentique : Mundiya KEPANGA, chef Papou et messager de la Nature.

A l’occasion d’un évènement exceptionnel organisé au sein du lycée des Fontenelles, nous avons eu la chance de rencontrer Mundiya Kepanga, un chef Huli de Papouasie Nouvelle-Guinée, venu nous présenter un film qu’il a réalisé à l’aide de son interprète et ami français : Marc Dozier. En effet, le 9 mai 2022, nous avons pu visionner ce documentaire et interagir avec ces messieurs pour être confrontés à une autre culture que la nôtre.

Le film qui nous a été présenté s’intitule "Frère des Arbres".

Dans la culture de la tribu des Papous Huli, une prophétie explique que les arbres sont de la même famille que les Hommes, qu’ils ont amené la vie, et que s’ils devaient disparaître, les Hommes disparaîtraient eux aussi. Dans ce documentaire, Mundiya Kepanga nous a présenté les bienfaits de l’écosystème de son pays. En effet, celui-ci est l’un des plus riches et variés du monde et comprend jusqu’à 20 000 espèces de plantes différentes. Il a notamment consacré un film entier à la présentation des 900 espèces de différents papillons vivant en Papouasie Nouvelle-Guinée. Afin de tenter de comprendre les motivations et surtout les causes de la déforestation des grandes forêts de son pays, ce chef Papou se rend sur différents lieux et interroge les siens. Il se révèle être étonnamment compréhensif et réussit à accepter le fait que le bois de ces arbres soit utile à l’étranger ainsi qu’aux populations locales en leur fournissant des revenus. Le documentaire a pour but premier de faire découvrir au monde l’importance de respecter la forêt, et l’importance de la Nature qui nous permet de vivre.
Mundiya Kepanga est un homme extrêmement bienveillant et ouvert d’esprit. Il est attachant et simple dans sa manière de s’exprimer. C’est avec aisance et justesse que Marc Dozier, son interprète et ami fidèle retranscrit ses paroles. On peut remarquer leur complicité évidente, notamment à travers la facilité avec laquelle celui-ci peut traduire les propos du chef. Il joue un rôle très important en nous permettant de communiquer et d’échanger avec cette autre culture. On peut parler d’une rencontre touchante entre les deux individus car Marc Dozier est en quelque sorte tombé amoureux de la culture Papoue. La cause que défend ce chef est juste. Il a une approche humoristique et refuse l’ethnocentrisme(1). Il se fait le messager de son peuple et nous conduit à nous remettre en question. Il est humain et tente de nous montrer en quoi certains de nos actes sont inhumains. C’est un homme très sage, on pourrait presque le qualifier de philosophe des temps modernes car il fait preuve de sagesse et d’optimisme.
Une fois le documentaire terminé, nous avons eu l’opportunité d’échanger avec le chef. Tout d’abord, nous lui posions des questions auxquelles il répondait précisément afin que nous soyons directement confrontés à sa culture. Mais, il a fini par poser des questions aux lycéens en s’adressant directement à eux. Ces questions, quelquefois rhétoriques(3) et souvent posées avec humour ont permis une réelle remise en question des individus présents dans la salle. C’était un dialogue tolérant, respectueux et témoignant d’une ouverture à l’Autre. Mundiya Kepanga a notamment fait des constats constructifs sur notre société tel que notre manque d’empathie face à des personnes en détresse dans le métro par exemple alors que nous habillons nos animaux avec des bijoux, couvertures et autres accessoires futiles. Si Mundiya Kepanga est humain, nous, européens, sommes inhumains avec notre propre espèce et préférons humaniser des animaux. Cependant, cet homme sage aborde ce sujet avec humour, sous forme de questions directes, comme lorsqu’il nous a demandé la raison pour laquelle nous nous percions le visage et arborions des bijoux. Même si Mundiya Kepanga est compréhensif et ne possède pas un avis et point de vue ethnocentré, nous pouvons nous demander si son humour n’était pas une manière sous entendue d’exprimer son jugement envers nous et notre société.

(1) ethnocentrisme : juger la culture de l’autre par rapport à la sienne en se sentant supérieur
(2) ethnocentré : vient du mot ethnocentrisme
(3) question rhétorique : figure de style consistant à poser une question qui n’attend pas de réponse, celle-ci étant déjà connue par celui qui la pose